23 janvier 2008

Seulement voilà, toutes les bonnes choses ont une fin non ? Voilà trois ans que j'ai accouché maintenant et tant de choses se sont passées... Je ne sais même pas par où commencer tellement tout se mélange dans ma tête. Tant de peine, tant de joie...
Je n'aurais jamais cru ça possible.
Je vais commencer par le début c'est le plus logique après tout. Tout a commencé un matin de mars, le printemps venait de commencer, il régnait dans l'air un parfum d'amour et de renouveau. J'avais accouché depuis quelques semaines déjà et j'étais seule à la maison, m'occupant de mon petit bout de chou. Romain était à son travail et Raya en voyage d'affaire.

Tout à coup quelqu'un a sonné à la porte. J'étais très surprise, je n'attendais personne. Je suis allé ouvrir la porte tout en maudissant d'avance celui qui prenait le risque de déranger le sommeil de mon fils. Mais en voyant qui se tenait derrière la porte vitrée, je n'ai pu retenir un cri de stupeur.

C'était Douglas, mon Douglas. Mon premier amour, l'homme qui m'avait abandonné avant même qu'on ait eu le temps de construire quelque chose ensemble. Je ne l'avais pas revu depuis au moins 2 ans mais il n'avait pas changé. Mis à part l'uniforme militaire qu'il portait fièrement. Et plutôt bien je dois l'avouer.Un pressentiment me disait de ne pas ouvrir, de le laisser partir.
Je savais que si j'ouvrais je serais obligée de lui pardonner et je ne savais pas si je pouvais le laisser revenir dans ma vie.

snapshot_31d8fa28_52592dac

Mais bien sûr j'ai craqué et je lui ai ouvert la porte. Je l'ai invité à partager le cheese cake que je venais juste de faire. On a parlé aussi. Beaucoup. Longtemps. De son départ, de cette fameuse nuit, de ce qu'il avait fait pendant ces deux longues années,...de moi aussi. J'ai vu son regard quand je lui ai parlé de Romain, de mon fils... Il avait mal d'entendre ça. Peut être pensait-il que j'allais attendre son retour ? C'est un peu utopique non ? Mais je ne sais pas pourquoi, j'avais beau essayer de le détester de toutes mes forces, je n'y arrivais pas. Mon esprit ne voulait pas tirer un trait sur tous les bons moment que nous avions passés ensemble.

Mais au fait, qu'est-ce qui l'avait poussé à partir ? A m'abandonner ?

"Marina, ce n'était pas de faute. C'était entièrement à cause de moi. Je n'ai pas supporté la mort de Lise. Je n'étais pas amoureux de cette fille...mais de savoir que j'aurais pu la sauver si j'avais été là au bon moment, ça m'a fait peur. C'est bête mais pour moi, elle était morte à cause de moi. Et je ne voulais pas qu'il t'arrive la même chose. Je pensais qu'en m'éloignant j'agissais au mieux pour toi. J'ai eu tort, maintenant tu as un enfant, un fiancé...Non je ne dis pas que c'est une mauvaise chose, mais pour rien te cacher, je t'aime toujours. Et ça me fait mal. Mais tu as ta vie maintenant et j'apprécierais beaucoup que tu me comptes de nouveau parmi tes amis maintenant que je suis de retour.

- Tu penses que c'est aussi facile que ça ? Tu reviens et on fait comme si rien ne s'était passé ?

- Non prend tout le temps dont tu auras besoin. Je peux attendre."Décidément, comment lui en vouloir ? Je sentais au plus profond de moi même que c'était une erreur de lui pardonner."Ca ne sera pas la peine. On ne va pas gâcher une belle amitié pour des erreurs de jeunesse. Et puis tu es là maintenant. Raya sera ravie de te revoir ! Tu habites où ? Dans le quartier ?

- En fait, je n'ai rien pour l'instant mais je comptais aller à l'hôtel en attendant de trouver un petit quelque chose."

C'est alors que la pire idée que j'ai jamais eue m'est venue à l'esprit. Et si il dormait à la maison en attendant d'avoir un chez lui ? Ca serait l'occasion de se servir de la chambre d'ami. Et bien sûr, il a accepté. Si j'avais su dans quelle galère j'étais en train de me mettre...

  snapshot_31d8fa28_b259319b

 

Romain n'a rien dit quand je lui ai présenté Douglas. Mais j'ai senti dans son regard qu'il ne lui faisait pas confiance. J'ai su tout de suite que ces deux là ne s'entendrait pas. La cohabitation s'annonçait difficile. Et les hostilités on commençait très tôt.

A l'armée, Douglas était maître-chien et il n'avait pu se résoudre à laisser son chien en quittant l'armée. Il l'avait donc amené dans ses bagages au grand désespoir de Romain qui ne voulait absolument pas d'animaux. Je ne compte pas le nombre de fois où Romain m'a appelé, me montrant le chien dormant sur le lit, léchant le petit...Petit qui lui était heureux d'avoir un nouveau compagnon de jeu même si je me demande si c'était un sentiment partagé.

snapshot_31d8fa28_7259564b snapshot_31d8fa28_32596b59

snapshot_31d8fa28_325967e3

Je découvrais de jour en jour un Romain que je n'avais jamais vu. Jaloux, méchant et je ne comptais plus les fois où il n'hésitait pas à me provoquer sur n'importe quel sujet et ce peu importe que Douglas soit là où non. Plus d'une fois, Douglas m'avait confié qu'il était prêt à partir si je le souhaitais. Il avait bien vu qu'il était source de conflits dans mon couple et il ne voulait pas être responsable de sa chute. Mais à chaque fois je lui interdisais de partir. C'était mon ami et je n'allais pas le laisser à la rue parce qu'un homme que je connaissais depuis moins longtemps que lui ne me faisait pas confiance.

Ces disputes quasi-quotidiennes n'avaient d'ailleurs pas que de mauvais côtés, elle nous avait permis de nous rapprocher Douglas et moi et nôtre complicité ancienne était revenue quasiment comme au premier jour. A la différence que je n'étais plus raide dingue de lui et que nous avions quelques années de plus. Mais était-ce vraiment une bonne chose ? Même aujourd'hui je ne saurais le dire.

  snapshot_31d8fa28_5268e5e2

Douglas était quand à lui un invité exemplaire. Il aimait s'occuper de mon fils quand j'étais épuisé et j'étais sûr de trouver de bonnes crêpes bien chaudes tous les matins à mon réveil. Il était resté fidèle à lui même, gentil et serviable. Il ne se permattait même pas une remarque désobligeante envers Romain qui était pourtant odieux avec lui. Cela faisait-il parti d'une stratégie pour me récupérer ? Laisser passer Romain pour le méchant pour que je fonde à nouveau pour son sourire ?

  snapshot_31d8fa28_f2595a79

Et si finalement c'était Romain lui même qui m'avait poussée à la faute ? L'avais-je vraiment aimé un jour ou avais-je fait semblant pour combler le vide qu'avait laissé Douglas en partant. Toujours est-il que ce qui devait arrivé arriva. J'ai fauté, j'ai de nouveau craqué.

Douglas et moi étions sur la canapé du salon, à discuter de chose et d'autres. Il avait enfin trouvé un petit appartement en ville dans lequel il allait bientôt pouvoir emménager. J'étais triste de de voir à nouveau me séparer de mon copain de galère. Mais il avait promis qu'on se verrait souvent même lorsqu'il serait parti. Après tout, nous avions un mystère à résoudre et ces dernières années les recherches n'avaient quasiment pas avancé pour ne pas dire pas du tout. 

Et c'est là que nous nous sommes embrassés. Comme le destin fait bien les choses (vraiment ?), c'est ce moment que Romain a choisi pour rentrer. 

snapshot_31d8fa28_d268e4a9

Sa réaction a été immédiate et je le comprends ! La maison a résonné de cris, il était furieux. Le petit s'est mis à pleurer même mais il n'en avait que faire. Je l'avais trompé et il ne voyait plus que cela. Pourtant ce n'était qu'un malheureux baiser. Mais qui aurais-je pu tromper en disant cela ! Je savais au plus profond de moi même ce qu'il signifiait ce baiser.

Lorsqu'il s'est un peu calmé, il m'a demandé de faire un choix. Il était prêt à me pardonner si je le choisissais. J'aurais pu dire oui. Mais à quoi bon se voiler la face. Je n'avais jamais cessé d'aimer Douglas et je n'allais pas encore gâcher mes chances juste pour éviter les ennuis. 

Mon "non" a été suivi d'un silence glacial. Romain m'a regardé avec une lueur d'incompréhension dans les yeux. Il m'avait ramassé à la petite cuillère après le départ de Douglas, il m'avait aimé, nous avions eu un fils ensemble. J'aurais du le choisir. Si j'avais su ce qui allait suivre. 

"Très bien, je fais mes valises et je m'en vais. Je vous laisse fricoter tous les deux. Je vous souhaite beaucoup de bonheur. Et j'espère que le chien suffira à combler le vide Marina."

Sur le coup je n'ai pas saisi ce qu'il voulait dire. Je l'ai laissé monter faire ses valises. De la cuisine où je m'étais réfugiée pour éviter de devoir croiser son regard, je l'ai entendu redescendre, claquer la porte d'entrée et démarrer la voiture.  Je n'y croyais pas. En l'espace d'une soirée j'avais tout perdu. Enfin presque. J'avais toujours mon fils.

" Qu'est ce qu'il a voulu dire à propos de "combler le vide" d'après toi ?, avais-je demandé à Douglas.

C'est là que j'ai compris ce qu'il voulait dire. Je me suis précipitée à l'étage mais je savais déjà, j'étais sûre. Et puis c'était trop tard... 

snapshot_31d8fa28_926a51b4

Posté par missing à 18:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Seulement voilà, toutes les bonnes choses ont une

  • Eh, eh, c'est moi le premier !

    Quel bonheur de retrouver Marina Touguezeur !

    Les choses se compliquent sérieusement en tout cas. Le départ de Douglas, le nouveau copain ( Romain, tout de même ! ) le fils , le retour, le kidnapping ...

    Bref, il ne manque plus que la suite pour couronner le tout ! Merci !

    Posté par Aurélien, 24 janvier 2008 à 11:47 | | Répondre
  • Et moi je suis la deuxième !!!

    Tu es sur que Marina a les deux pieds à l'aise dans ses baskets ? C'est facile de prendre et rejeter après usage non?

    En tout cas j'espère qu'elle sera heureuse même si le vide pressentis semble très grand. (on ne peut pas tout avoir)

    Très très heureuse de te relire, à bientôt!

    Posté par Anmi, 25 janvier 2008 à 11:43 | | Répondre
  • ma famille d'abord

    trop bien j'adore!!! je suis fan de sa I LOVE YOU <3<3

    Posté par mauriello, 05 juin 2012 à 19:25 | | Répondre
  • Super

    J'adore, j'ai lu toutes tes histoires et elles sont super ! J'ai hâte de lire la suite !

    Posté par Ninouk, 12 septembre 2012 à 19:53 | | Répondre
Nouveau commentaire