28 juin 2006

m_maj1_5

Il a fallut que Doug répète encore une fois pour que je réagisse enfin que c’était lui qui m’appelait de cette manière. Trop absorbée dans mes pensées, je ne l’avais pas vu sortir de la piscine pour venir me parler. Au moins, je n’ai pas besoin d’aller le voir moi-même puisqu’il est venu tout seul. Mais vu sa tête, je vais éviter le sujet, encore une fois.
"Tu te mets au sport maintenant ? C’est pas souvent que tu montes sur cette machine. T’as plus peur d’être emportée avec le tapis ?
- Très drôle. J’avais 8 ans quand j’ai dis ça. Si on en venait directement au fait ? Ca m’étonnerait que tu sois venu spécialement pour pouvoir sortir ta blague. Qu’est ce qui te tracasse encore ?"
C’est là que j’ai remarqué qu’il n’était plus en maillot de bain. J’ai vraiment du aller très loin au fond de mes pensées parce que rester absente assez longtemps pour qu’il est le temps de sortir de la piscine, de se sécher et d’aller se changer, ça en fait un petit bout (de temps).
"Oh trois fois rien. Tu sais ce que c’est en ce moment. Ca vient et ça passe. D’ailleurs ça va mieux, je crois que je vais te laisser.
- Non, non, non, tu ne vas pas t’en tirer comme ça. Tu es venu pour me parler d’autre chose que mon envie soudaine de courir. Et ne dis pas le contraire, je te connais depuis assez longtemps pour être sûre de ce que j’avance.
- Bon d’accord, t’as gagné. Je…voilà…en fait…je vais plaque Lise. Je voulais avoir des conseils pour, tu vois…
- Le faire en douceur ? Ne pas lui faire trop de peine ?
- C’est ça. Si tu veux pas m’aider, je comprendrais. Je sais très bien que tu ne la portes pas dans ton cœur.
- Si tu veux une vraie rupture, il n’y a pas de recette magique. Tu auras beau essayé de la ménager, dans tous les cas elle aura mal. Après tout dépend de l’attachement qu’elle te porte. Désolé mais je ne la connais pas assez pour t’aider mieux que ça. J’aurais voulu pouvoir faire plus.
- Oh, c’est pas grave. Je vais bien y arriver tout seul. Et puis je suis c’est pas comme si c’était la première fois que je casse avec quelqu’un, si j’ai réussi les autres fois, j’y arriverais bien cette fois encore. Bon ben merci quand même…Je te laisse…J’ai une copine à larguer…"
Il me fait vraiment de la peine. Je vois bien qu'il aimerait que ça se passe autrement. Ca ne va vraiment pas être une partie de plaisir pour lui.
- Si t’as besoin de parler après, tu sais où me trouver.
- Comme toujours. Qu’est ce que je ferais sans toi ? Tu peux me le dire ?"
Si seulement il pouvait s’apercevoir de tout ce qu’il ne fait pas avec moi. Enfin, c’est déjà pas mal de savoir qu’il me considère comme indispensable. J’espère juste que je ne vais pas devoir le ramasser à la petite cuillère après sa rupture. Je le connais, il s’inquiète de la réaction de Lise mais il va sûrement être plus affecté qu’elle. Un grand sensible au fond.
Après toutes ces passionnantes réflexions, il était temps d’aller me mettre au travail en attendant que Raya revienne de son rendez-vous et rapporte tout ce qui y a été dit.

m_maj1_4

Elle ne m’a rien raconté quand elle est rentré. Elle nous a trouvé dehors, une couverture sur le dos, les pompiers s’agitant autour de nous. Apparemment, Lise avait essayé de se cuisiner quelque chose en l’absence de Lucas, elle n’avait pas fait attention et avait fini par mettre le feu. L’alarme à incendie n’avait pas fonctionné, je m’étais endormie sur mes cours et Doug était parti faire un tour, sans doute pour se changer les idées après sa rupture. J’ai entendu la porte claquer et Lise pleurer. Ca n’avait pas pris la tournure qu’il espérait.
Il y avait donc Lise, prise au piège par les flammes et la seule personne qui aurait pu l’aider, moi, plongée dans un profond sommeil, incapable d’entendre le moindre appel à l’aide. C’est Doug qui a prévenu les pompiers lorsqu’il est revenu. Malheureusement, il était trop tard.
    C’était il y a une semaine. Toute cette histoire nous a conduit ici, dans ce petit cimetière pour rendre un dernier hommage à Lise. La cérémonie est finie depuis longtemps, la nuit est tombée mais nous sommes toujours là. Doug pleurant devant la tombe de son ex-petite amie et moi blottie dans les bras de Raya, rongée par les remords. Et si… Et si je ne m’étais pas endormie, serait-elle encore là ? Et si…Et si j’avais dormi la nuit avant le drame au lieu de m’occuper des choses qui auraient très bien pu attendre le lendemain ? J’ai l’impression que si j’avais agis différemment, si j’avais mieux réfléchi à ce que je faisais, elle serait encore là parmi nous. Je ne la portait pas dans mon cœur, comme me l’avait fait remarquer Doug ce fameux soir, c’est vrai mais je ne souhaitais absolument pas sa mort. Elle était si jeune, elle avait la vie devant elle pour accomplir tout ce qu’elle rêvait. Mais le destin en a décidé autrement. Sa vie s’est arrêtée, brusquement sans même un signe qui aurait pu nous alerter. Mais pourquoi donc je me suis endormie…J’aurais entendu ses cris, ses appels à l’aide… J’aurais pu faire quelque chose pour elle. L’aider à éteindre le feu. C’est comme ça qu’elle est morte paraît-il. Elle essayait d’éteindre le feu.
Elle savait qu’il n’y avait plus que moi à la résidence. M’a-t-elle vraiment appelée ? Après tout, elle n’avait peut être pas envie de se rabaisser à me demander de l’aide. Aurait-elle mis sa vie en danger à cause de son orgueil ? Et si elle avait finalement décidé de mettre tout ça de côté, qu’a-t-elle bien pu penser en ne me voyant pas arriver ? Pourquoi n’est-elle pas venue me chercher ?
Autant de questions que je me pose, là dans ce cimetière. Bien que je me doute que poser des questions sur ce qui aurait pu se passer ou pourquoi ça c’est passé ne fera pas avancer les choses. Elle est morte, on ne peut plus retourner en arrière pour tout défaire. Il est temps de tourner la page et de continuer à avancer, aussi dur que cela puisse être.
Plus facile à dire qu’à faire…On va devoir vivre avec ce souvenir, manger dans cette cuisine où le feu s’est déclaré, où son esprit nous a quitté.

m_maj1_3

Raya est partie, elle a des cours importants demain et elle ne veux pas les rater. La vie continue… Je suis donc seul avec Doug pour la première fois depuis une semaine. Il a essayé de me parler avant mais je ne peux tout simplement pas me retrouver en face de lui. Je ne peux même pas le regarder. J’ai peur de ce qu’il a envie de me dire. Je me sens si coupable, tout est arrivé à cause de moi. J’ai l’impression qu’il a envie de me jeter à la figure tout le dégoût qu’il éprouve à mon égard pour se soulager un peu. Je le comprendrais si il le faisait. Cela signifierai deux choses. D’une part que j’ai totalement raison de penser que tout est de ma faute et d’autre part qu’il aimait vraiment Lise de tout son cœur et que c’était l’amour de sa vie. Je ne peux plus y échapper maintenant, je crois qu’il est temps qu’on parle. Mais j’ai à peine le temps d’ouvrir la bouche que Doug entame déjà ma descente en enfer sur le ton de la conversation. « Il va falloir aller trouver un endroit pour manger le temps qu’ils fassent quelque chose pour la cuisine. Remarque, ils pourraient nous fournir des sandwichs et on pourrait déjeuner sur l’herbe ! Ca serait pas mal, non ? Avec le temps qu’il fait on serait super bien. » Je rêve ou il essaye de plaisanter ?
"Ecoutes Doug… "
Allez, je me jette à l’eau.
"Ecoutes Doug. Si tu veux me crier dessus, ne te gènes pas. Je sais que tout est ma faute. Si j’avais moins fatiguée je ne me serais pas endormie… et … et j’aurais pu faire quelque chose  pour empêcher ça. Je suis tellement désolé…si tu savais comme je m’en veux !
- C’est pour ça que tu m’évites depuis une semaine ? C’est totalement ridicule. Ce n’est pas de ta faute, loin de là. J’aurais plutôt tendance à dire que c’est ma faute. Tu n’as jamais pensé qu’elle aurait pu faire ça…exprès ?
- Attends, tu voudrais dire que ça pourrait ne pas être un accident ? Mais pourquoi elle aurait fait ça ?"
La stupidité de ma question m’a frappé au moment même où je l’ai terminé. La réponse est évidente… Il y a des fois où je ferais mieux de me taire au lieu d’ouvrir ma grand  bouche. Surtout si c’est pour dire des bêtises pareilles.
"Tu veux dire…qu’elle se serait…suicider à cause de la rupture ? Tu ne parles pas sérieusement j’espère. Ce n’était pas le genre de fille à mettre fin à sa vie pour ça. Des garçons elle pouvait en avoir rien qu’en claquant des doigts.
- Tu ne la connaissais pas. Elle n’était pas tout à fait la fille que tu crois.
- Tu l’aimes encore ? C’est pour ça que tu es si bouleversé par sa mort ?
- Non, je me suis rendu compte que je ne ressentais rien pour elle. En fait je le l'ai jamais vraiment aimée. Ce n'était pas de l'amour, plutôt une attirance. Une fille avec qui je sortais en me cachant la vérité. Si je suis si bouleversé, c’est pour la même raison que toi j’imagine. On se sent tous les deux coupables de sa mort.
- Attends, tu te cachais quelle vérité en sortant avec Lise ?"
Je suis déjà en train d’imaginer le pire pour moi…Si ça se trouve, il est homosexuel. Non pas que je trouve contre-nature et dégoûtant et tout ce que qu’on peut apprendre à ce propos, loin de là, je respecte même mais vous imaginez ce que cela signifierait pour moi ?
"Je crois qu’il faut que je te parle. J’ai attendu trop longtemps.
- Tu me fais peur Doug.
- Tu n’as aucune raison d’avoir peur. Voilà…si j’ai rompu avec Lise c’est parce que…enfin…je …je t’aime voilà."

m_maj1_2

Et pour me prouver que ce que disais était bien vrai, il s’avance et m’embrasse. Je peux vous dire que ça s’agite furieusement à l’intérieur de moi. J’attends ce moment là depuis mes 13 ans et il a fallut un mort pour que ça arrive enfin. Triste perspective. La joie se mêle à la tristesse que j’éprouve. Mélange bizarre de sentiment, je ne sais pas si je dois continuer à pleurer ou rire. Et si je pleure, est-ce de joie ou parce que j’ai mal ? Sans doute les deux. J’aimerais que cet instant dure toujours. Notre premier baiser. J’imagine déjà l’avenir, notre avenir. Lui et moi ensemble pour la vie. Et je me souviens de ce qui nous a amené ici. Pourquoi nous sommes dans ce cimetière devant cette tombe. La tombe de Lise. Je le repousse bien malgré moi.
"Doug, je crois que ce n’est pas correct. Pas ici, pas maintenant.
- T’as raison, excuses-moi, je ne sais pas ce qui m’a pris.
- Ne t’inquiètes pas je ne t’en veux pas au contraire. J’attends ça depuis tellement longtemps. C’est juste que ça me gène vis à vis de Lise. Je sais que vous n’êtes plus ensemble et qu’elle est morte mais il y a quelque chose qui me retient, je ne sais pas quoi. J’ai besoin d’y voir plus claire. Et puis être dans ce cimetière, devant sa tombe…
- Je comprends. Alors toi aussi tu ressens quelque chose pour moi ? Si j’avais su, j’aurais tenté ma chance avant…et on n’en serait pas là. Je me sens si couplable. Je lui ai dit avant qu’elle…enfin, tu vois. Je voulais être honnête avec elle en lui expliquant les raisons qui m’avaient poussées à rompre avec elle. Peut être que si je ne lui avais rien dit, elle ne l’aurait pas autant mal pris et qu’elle serait encore avec nous en ce moment et nous on ne serait pas dans ce cimetière à discuter de ça.
- Ce n’était pas de ta faute. Peut être que c’était son destin de mourir de cette façon et qu’on aurait rien pu y faire quoi qu’on ait fait.
- Tu y crois vraiment à ces histoires de destin ? Je veux dire, tu crois vraiment que notre histoire est déjà écrite et que quoi qu’on en pense, tout ce qui nous arrive n’est le fait de notre propre volonté ?
- Ca serait tentant non ? Au moins on ne pourrait pas vraiment se reprocher nos erreurs et encore moins culpabiliser comme on est en train de le faire.
- C’est vrai que c’est tentant. Au moins j’arriverais à me regarder dans le miroir le matin.
- Et moi donc. Pourtant même en pensant qu’une telle chose puisse exister, je n’arrive pas à ne pas penser que j’aurais pu faire quelque chose pour elle.
- Dis donc, tu me dis de ne pas culpabiliser, que je n’aurais pas pu la sauver de tout manière et maintenant tu me racontes que tu ne peux pas t’empêcher de croire que tu aurais pu changer les choses ?"
Il a raison. Visiblement, je n’ai même pas réussi à me convaincre moi-même de ce que disais. Pourtant, il va bien falloir qu’on arrête de penser que nous sommes responsables de ce qui est arrivé. Et pourquoi l’université ne serait-elle pas responsable ? Après tout, si les systèmes à incendie avaient été vérifiés comme ils le devaient, elle serait peut être encore là. C’est vraiment pas possible. Même morte, Lise arrive à me pourrir la vie. D’une part, elle met sur mes épaules le poids de sa mort, et d’autre part, elle gâche un moment qui aurait du être le plus beau de ma vie.
"On devrait peut être rentrer, non ? Il commence à se faire vraiment tard. Je voudrais pas me retrouver nez à nez avec une créature de l’au-delà…, me dit Doug en riant.
- Tu crois à ces trucs là maintenant ? ..."
Doug a continué a plaisanté jusqu’à ce qu’on soit rentré. C’est bon signe je crois. Je suis si heureuse maintenant, comme si j’avais laissé tout le reste au cimetière.
    Mais tout peut changer d’un seul coup, c’est bien connu. Et c’est exactement ce que je découvre à mon réveil le lendemain…


 

Posté par missing à 16:35 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Il a fallut que Doug répète encore une fois pour

    Non mais non, ça ne va pas! Copiteur, tu peux pas faire ça! Je veux savoir! T'as intérêt à aller vite pour nous pondre la suite, d'ailleurs, je te parle plus jusqu'à ce que tu aies écrit la suite!
    Bon, comme d'habitude, j'adore, c'est décidemment mon histoire préférée. Je ne sais pas pourquoi, mais Marina... que ce soit la première ou la seconde... ben je l'aime bien, je m'y accroche, je m'identifie.
    Et puis cette mise à jour est plutôt triste, mais désolée, j'ai pas pu m'empêcher d'éclater de rire à deux ou trois reprises.
    Tu allies tout cela très bien, et ceux qui ne te lisent pas ne savent pas ce qu'ils perdent!
    Bravo à toi, c'est, encore une fois, superbe.
    Poupouss

    Posté par Poupouss, 28 juin 2006 à 17:30 | | Répondre
  • J'avais pas envie de vous faire pleurer non plus Et tant mieux si cela a pu te faire rire, je ne peux que m'en réjouir !
    T'inquiètes pas la suite arrive bientôt je vais pas te laisser dans cet était quand même.
    Merci d'être passé et d'avoir commenté, comme je dis toujours ça fait très plaisir

    Posté par missing, 28 juin 2006 à 17:33 | | Répondre
  • Pffff... je vous aime plus tous les deux, z'êtes trop méchants avec vos lecteurs !
    Bon alors, j'ai tout relu parce que j'avais peur d'avoir oublié, et en fait non !
    En tout cas, c'est toujours aussi génial, aussi bien. Bref .. pour une fois je ne sais pas quoi dire à part que c'est bien !
    Vous ne me contamineriez pas par hasard ?

    Encore bravo et vivement la suite !

    Aurélien

    Posté par Aurélien, 28 juin 2006 à 18:38 | | Répondre
  • Pour une fois que c'est toi qui prend de nous, on va pas se plaindre
    Je suis content que tu trouve ça toujours aussi bien

    Posté par missing, 28 juin 2006 à 18:42 | | Répondre
  • Non mais faut pas nous laisser avec un fin comme ça trop longtemps... Vivement la suite
    Aline

    Posté par Aline, 04 juillet 2006 à 13:04 | | Répondre
Nouveau commentaire